A Verdun

Le 29 mai 2016

François Hollande et Angela Merkel rendent hommage au premier couple franco-allemand pour leurs efforts de paix après la Grande Guerre.
Jusqu’à présent, c’est plutôt du côté allemand qu’on a évoqué la mémoire du couple Briand Stresemann. Le chancelier Helmut Kohl avait déjà fait allusion, le 22 janvier 1988, au rôle pionnier joué par Aristide Briand et Gustav Stresemann dans les années 1920, lorsqu’il énumérait les personnalités ayant contribué au rapprochement des deux nations. Mais quinze ans plus tard, Gerhardt Schröder évoquait un prix Nobel qui leur aurait été attribué « un peu trop hâtivement ».Plus récemment, Angela Merkel a été effectivement en 2009 le premier chef de gouvernement allemand à participer aux cérémonies du 11-Novembre à l’Arc de Triomphe de Paris. A cette occasion, elle a loué « la force de la réconciliation » franco-allemande et rendu hommage à « la stature et à la clairvoyance d’hommes d’État tels que Briand, Stresemann et de Gaulle, Adenauer, Monnet et Robert Schuman », inscrivant explicitement le rapprochement entre les pays dans la seconde moitié du xxe siècle dans la continuité des efforts de l’entre-deux-guerres ; à nouveau, le 8 juillet 2012, à l’occasion de la célébration à Reims du cinquantième anniversaire de la rencontre entre le général de Gaulle et le chancelier Konrad Adenauer, elle a affirmé que « l’espoir de la réconciliation franco-allemande était déjà présent en germe à la fin de [la Première Guerre mondiale]. Des hommes comme Aristide Briand et Gustav Stresemann ont tenté cette réconciliation »

Aujourd’hui, Hollande reprend à son compte le souvenir du premier couple Briand – Stresemann et c’est effectivement important pour les téléspectateurs français.

Jean-Michel Guieu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *